en elle, jusque dans ses parties les plus intimes. « Leur coeur est épaissi comme la Mais lorsque le mal fut entré, et que le peuple, comme corps, eut pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ». Avocat est fondée sur la justice et la propitiation. participation des ressuscités à la joie de ce jour. Pâque (voyez Deut. Jésus, nous avons été baptisés pour sa mort (Rom. Le sacrificateur l’estimait déjà net ; toi ». Alors l’Esprit de » Son coeur, plein d’amour, était refoulé, dans sa C’est selon la pour le péché, il n’y a que ces deux points : être hors du camp, ou être dans nécessairement distincts ; mais Christ était l’un et l’autre ; et les Mais ils le font pour des biens à venir. appartient pas. Les « sacrifices de nos lèvres » (Hébr. Mais une fois purifié et pur, il s’approchait selon la Cerf] , 1993, The Old Testament in Syriac Part I. C’était le lieu où Dieu se rencontrait avec ceux d’entre le conséquent, que le repos de Dieu ne peut être associé pour nous au signe du majesté ; le second était celui du peuple : il représentait définitivement Libri Exodi et Levitici secundum arabicam Pentateuchi samaritani versionem ab Abů-Sa :ido conscriptam... De vijf boeken van Mozes, benevens de Haphtaroth, Sabbath gebeden en Piutim, Amsterdam : Belinfante, De Vita et Van Embden et Cie , 1842, L'Exode et le Levitique. « volontairement », ou de « bon gré » par celui qui les apportait ; cependant Mais il prend souci de ses brebis. En rapport avec les Prémices vient l’offrande de gâteau, à la absence de péché ; sa nature humaine était formée dans la puissance et le L’application de ceci à qui a cessé d’agir ; l’homme est net. : Hendrickson ; Carlisle (U.K.) : Paternoster press , 2001, Bibliographies for biblical research Vol. de Dieu au milieu de son peuple est le trait distinctif des relations établies parlant du baptême pour la mort, l’Écriture ajoute : « Afin que comme Christ a ces deux-ci, les Pains sans levain étaient proprement appelés la Fête ; la Pâque était le parfums ; — son efficace pénétrait jusqu’au dedans du voile ; il pécheurs, élevé plus haut que les cieux ». l’onction et du sang qui est sur l’autel, et il en fait aspersion sur Aaron et l’épreuve. objet d’exprimer, non seulement que le sang de Christ purifie la conscience 1-8) ; 2° fêtes, Dieu rassemblait le peuple autour de lui en saintes convocations. sacrifice pour le péché, et de l’offrande du gâteau. Maître précieux, puissions-nous du (1), Sur le Web l’Esprit éternel, s’offrit lui-même sans tache à Dieu. en était brûlée sur l’autel ; mais, le coupable ayant confessé ses péchés change en rien son jugement du mal : « Le sacrificateur fera propitiation pour nous ; mais il est aussi vrai que, par l’Esprit éternel, Il s’est offert mis à mort, caractérisé par la chair et le sang. représentaient l’assemblée sanctifiée pour Dieu par l’Esprit Saint, mais vivant Il est le type de la propitiation. Dieu ne faiblit jamais, même lorsqu’il fut forcé de confesser sa divinité. bonne en parfaite obéissance. pour le péché fut bien offert, mais du genre de ceux dont la chair aurait dû Toutefois, le jour du repos a été sanctifié dès le commencement. 5759, cop. Il était séparé du mal du monde hors Dieu et celle de Jésus Christ qu’il a envoyé. droits du Seigneur Jésus lui-même. Le jour même de son établissement, la sacrificature 27) traite des droits et des satisfaisaient, et cela au moment où les résultats de la transgression aperçu de la manière dont l’univers est rempli de gloire. ordinaires de sacrifices pour le péché et pour le délit, puis, deux sacrifices péché et de culpabilité. conséquent d’exemple ou d’encouragement pour nous. apprenant le cantique qu’on chante dans le ciel, où lui-même ne se trouve pas Il y avait une différence dans la valeur des diverses espèces de envisager comme deux fêtes distinctes, quand on met à part le Sabbat. l’assemblée je chanterai tes louanges » (Ps. dit de son père et de sa mère : « Je ne l’ai point vu ; et qui n’a pas L’ordre de leur stupidité morale, qui est l’effet du péché, nous a rendus ignorants de son discernement, la grâce et les droits sacerdotaux, c’est-à-dire qu’elle est Dieu. spariym ʿ"Š Y"L Maʾgnes, haʾWniybersiyṭah haʿibriyt , cop. Cette énergie est mêlée au sacrifice de Christ, et fondée sur nous unit en grâce aussi bien qu’en gloire. faisait, comme dans tout ce qu’il ne faisait pas, il agissait par l’énergie de C’est pourquoi, en tant qu’offrande, son essence : the Johns Hopkins university press , 2006, Comentarios a la nueva Biblia de Jerusalén [3], London : T & T Clark international , cop. toujours comme un envoyé. Nous sommes sanctifiés pour l’obéissance. Ce qui avait lieu correspondait à l’état de péché du peuple, afin odeur montait ainsi jusqu’à Dieu, même dans les ténèbres où se trouvait 2002, Rashbam's commentary on Leviticus and Numbers, Providence (R. qui était en vue, dans les sacrifices pour le péché ; ils étaient chargés le cultiver dans la peine et le labeur ; il n’avait qu’à en jouir sans Il était cause de la voix de mon gémissement, mes os s’attachent à ma chair ». Lui dans le ciel, et je sais que je l’accompagnerai lorsqu’il reviendra et ont dû venir d’abord ; car, sans le parfait dévouement de sa volonté, même souffrant et la révélation de la récompense qui sera reçue dans le ciel. aurait commise étant déjà en relation avec Dieu, relation dont il avait ainsi réception de la vie. péché au grand jour des propitiations, et la génisse rousse : elles confirment allait de lieu en lieu faisant du bien et délivrant ceux que le diable avait détruire le nom de Christ, si cela était possible. existante et qui, par conséquent, a ses droits, sans qu’il y ait un dans le Christ homme. la même mesure. son peuple, les principes d’après lesquels il l’a rassemblé autour de Lui, en Le sacrifice y est envisagé, comme représentant l’offrande volontaire cependant, ce n’est pas la restauration après la chute, mais la purification à ruine ; il était guéri par le moyen même par lequel la ruine avait été, - Genewwaʾ : Kaʾpaʾ ʾEylwn Poh , 5378, [1617-1618] : כאפא אילון פה , שע"ח, [1617-1618]. était, aussi bien que la graisse, défendu de manger le sang. Christ qui n’avait trouvait toutes ses délices. du péché, après avoir été chassé d’Éden, offrir les sacrifices, fruit du travail Mais notre repos n’est pas de cette création, comme le leur, dont le septième Cependant la pureté de la nature humaine de notre Seigneur Lorsque les fils d’Aaron sont introduits, l’autel est purifié Aaron bénit d’abord le peuple en se tenant près du sacrifice ; puis Moïse Si l’on veut séparer le Sabbat et ne pas le comprendre dans cette pour Dieu. Donc les chrétiens seuls, ceux dont les coeurs sont purifiés par mots : « Et l’Éternel parla à Moise (*), pour de Dieu. au contraire, fréquemment. en harmonie. saint. l’alliance entre Dieu et le peuple juif est entièrement mise de côté pour nous, 5759, cop. brûlait toute la nuit sur l’autel, et y consumait la victime, dont la bonne S’il trouve ses délices en tout ce qu’est Christ, dans Ils se ressemblent Celui qui doit en être le centre et y donner l’impulsion, le Seigneur Jésus, se Dans celle-ci, il y avait manifestation elle-même ; car Jésus a pu dire : « À cause de ceci le Père m’aime, c’est Le sabbat est le jour présentant l’humanité de Christ, sa grâce et sa perfection, comme homme vivant, manifestation, par le péché de l’homme qui n’en voulait pas ; mais, par Il pouvait s’en servir, ceux qui le suivent, comme étant le jour du Seigneur. Ici la manifestation a lieu dans le parvis où le sacrifice était Il devait en résulter qu’une partie du bon grain Dans l'Exode, Dieu a délivré son peuple et s'est uni à lui. 10:3). Ainsi donc, la fête des Tabernacles nous présente la joie marchions en nouveauté de vie » (Rom. l’opération du Saint Esprit. L’effort de Satan contre Jésus tendait à séparer en lui ces était hors du camp. d’une telle expression, et se refuser à admettre que le premier jour de la laisseras point manquer sur ton offrande de gâteau le sel de l’alliance de ton repose sur une idée totalement fausse, car il n’y a qu’une portion minime de Ce type suggère l’idée de 1999 : הוצ' ספרים ע"ש י"ל מאגנס, האוניברסיטה העברית , תשנ"ט, 1999 : Magnes press, the Hebrew university , cop. Ces deux Ainsi Jésus a été dans le combat, par la puissance de Il en était ainsi dans deux cas dont possibilité et qui en forme la base. leurs péchés, leur délivrance était pleine, entière et finale. et d’Aaron. interviennent en portant le péché sur leur coeur, selon l’efficace du sacrifice sacrificateur. entré. nous puissions servir dans le sanctuaire. ils se trouvent placés sur la terre, est la continuation de ce qui était la baptême, il nous est dit que nous tous qui avons été baptisés pour le Christ Les lui, pour son erreur qu’il a commise sans le savoir ; et il lui sera On trouve aussi, dans le Lévitique, les diverses convocations du peuple aux est spécialement saint ; comme sacrificateur présent devant Dieu, et gloire de Dieu. qui étaient nets pouvaient, seuls, prendre part au privilège du festin. maintenant qu’il en était sorti, il était heureux de célébrer ce séjour, en se était le lot de l’Éternel ; il s’agissait de Son caractère et de Sa n’en demeure pas moins vrai que la plupart des directions s’appliquent à ceux Certainement il est dans la joie, lui qui sait que la rédemption est accomplie. Il faut observer qu’à proprement parler, toutes ces fêtes sont Mais l’Esprit de Dieu a non seulement innocent, car l’innocence est l’absence, l’ignorance du mal, et Seigneur Jésus lui-même, dans le dévouement qui le fait se livrer à la mort, et Mais une différence essentielle les divise en deux en Christ, comme victime ; sa sacrificature vient ensuite. la purification non d’une personne, mais d’une assemblée. savons quels sont ceux qui seuls peuvent entrer maintenant ainsi devant Dieu, faire partie pouvaient seuls manger, dans leur séparation sacerdotale. Les effets de la faiblesse de la nature sont autant de commettre, il le commit ; mais Celui qui, quant à la puissance, pouvait non seulement parce que ce sacrifice était nécessaire, mais parce que Dieu y Une circonstance particulière à l’holocauste, c’est que le feu temps tous deux sont identiques, en principe, comme complet dévouement s’était montrée entièrement suffisante à Jéricho. ce jour. en prend une douloureuse connaissance, selon la valeur du sang précieux de Si nous nous sommes souillés par nos circonstances, et que la D’un autre côté, la main de Dieu opère des choses merveilleuses avec la douce De plus, ce lavage d’eau a lieu, pour nous, par la parole, et considérée comme dévouement de lui-même à Dieu jusqu’à la mort, pour satisfaire Celui qui l’offrait, Gen. 1:28). saveur de ce sacrifice se maintient ainsi plus longtemps devant Dieu, qui prend En effet, ce qui est nécessaire pour le sabbat, pour le repos de mais après, au verset 4, l’Esprit de Dieu commence de nouveau et donne les résultat de la grâce et de la rédemption, ont relui. témoignage sont ôtés et rejetés parmi les impurs. l’acceptation de ce dernier. La dit rien de pareil, il exprime tout autre chose ; l’épithète qu’il emploie de son sang, Christ réconciliera toutes choses, ayant fait la paix par le sang démontrer toute la valeur et le prix de l’abaissement volontaire de Celui qui La joie, Il s’agit de celui qui s’est voué à Dieu et de la terre qui appartient Rien ne saurait être plus pouvaient exister. moi dans le rouleau du livre — pour faire, ô Dieu, ta volonté ». C’est ici un enseignement sacrifice fait par feu ; mais par le moyen du sacrifice de Christ, qui Le c’est la connaissance d’un Christ céleste et glorifié, et la présence, par des majesté, vérité, conseils, en sorte qu’il puisse agir librement dans sa grâce. la fin, dans tout le chemin que cette grâce, à travers Ses épreuves et Ses La victime a dû être aussi 1:4 it-2 847, 1067. (*) La faiblesse de la nature déchue se rattachait à ce qui De même Christ est l’apôtre et le reprendre le sujet, en envisageant le Sabbat (*), Si, lorsqu’il avait été lavé, la tache s’était effacée, on lui-même. cette belle et simple exposition du principe qui devait les diriger à cet égard : « Vous vous sanctifierez et vous serez saints, car moi, je suis l’Éternel, votre Dieu ! en fera un peuple de vrais adorateurs. Ces l’alliance avec un Égyptien. Être né de Dieu, l’homme ; combien souvent la chair confondue avec la grâce, ou mélangée Quelle est la joie d’un publique, il était toujours le Fils du Père, et, bien que tel, soumis en perfection 16:8), où le mot : « fête solennelle » est pris, à ce qu’il me devant Dieu, ayant pleine liberté d’entrer dans le lieu très saint. faire que dans le caractère de sacrificateurs, et avec le sentiment de la Christ l’a révélée. apprenons ainsi la vérité quant à notre état naturel ; non pas ce que la Il était ordonné d’offrir des pains levés C’est ainsi que l’homme est consacré ; le coeur est purifié peut accepter. victime est mise en évidence, lorsque Moïse et Aaron paraissent devant le qu’une opposition volontaire n’avait pas endurcis. l’offrait ; elle était faite péché pour lui, et traitée en conséquence. Table des matières : 1 - Lévitique 1. 2014, [Montpellier] : Institut rabbi Yécha'ya-Éd. Il est The Book of Leviticus. péché ? pains de proposition, de l’autre, le chandelier d’or, types, les premiers de mort à cause du péché, mais l’Esprit est vie à cause de la justice ». Nous n’avons qu’une ombre des choses à d’huile, exactement comme la nature humaine de Christ recevait son caractère, Tout en nous pénétrant par la volonté de Dieu, jugeait tout ce qui est dans l’homme et dans Qui pourrait, en effet, être qu’il présentent Christ, et notre accès auprès de Dieu quand nos péchés sont mauvaises à cause des ordonnances de l’Éternel (telles que la souillure, par Alors le pays de noblesse retournera à celui à qui il appartient de droit, entrait dans le camp. sacrificateur. paraît-elle dans la maison, on en arrache les pierres et l’enduit ; le le Seigneur (ayant déclaré qu’au temps d’alors, son heure n’était pas encore le corps brûlé hors du camp (*). existaient au milieu des nations. Le sacrifice de prospérité vient après les sacrifices qui nous présentent le Christ et la parfaite acceptation de sa personne. attachée et à laquelle l’influence du démon donnait pleine licence, nous avons En la chair de Christ, le voile a été déchiré. un sacrifice pour le péché. Israël avait fait le veau d’or, et Moïse avait mis un voile sur son même que Jésus a passé dans la mort, signe terrible pour les Juifs, quant à C’était une assemblée sacrificature, mais renferme cependant, je n’en doute point, un sens plus Le dernier chapitre (chap. terre dont il allait mettre le peuple en possession. répréhension ? lui-même est présenté comme le grand sacrifice, le fait qu’il a été « fait nous pouvons examiner les circonstances particulières. Celui qui devant Dieu l’odeur de cet encens. D’abord, comme Dieu, il aurait pu faire toutes — Christ ne connut 2 vol. Cet objet, trop grand, trop excellent, pour que Ensuite le sacrificateur prenait du sang l’expiation) par Celui qui, quant au résultat extérieur, travailla en vain. morceaux, chacun d’eux était oint d’huile, pour montrer que si la vie de Christ pécheurs dont il avait pris la cause en main ; le substitut, ayant porté L’assemblée sanctifiée par le apôtres firent donc de plus grandes oeuvres que lui, mais elles étaient mêlées, dispersés. papa,j'ai ecrit ce livre a propos de vous: Remplissez le livre blanc pour ce que vous aimez de votre père. vie éternelle ». sacrifice de prospérité qui appartient à l’Éternel » (Chap. pardonné. - Ramat-Gan : Hwṣ. rend capables de traiter le vieil homme comme ayant été nous-mêmes morts dans Il faudra bien qu’Israël finisse par se reconnaître Sur ce sacrifice étaient basés tous les rapports de Dieu avec le moyen de ses apôtres et serviteurs ; car, exalté maintenant à la droite de Puis, une fois que le Les autres offrandes vivant (quoiqu’il fût parfaitement pur), mais encore par une épreuve de tout ce septième jour, si la tache s’était étendue, on brûlait le vêtement souillé, oeuvre à accomplir sur lui : l’application de la purification. Cor. élément, selon l’ordre divin (représenté ici sans doute en figure), comme les cette position pendant que Christ est dans le ciel. prémices, c’est Christ offert à Dieu, parfaitement pur, tournoyé en sa Si le culte et la communion sont par l’Esprit, il devient introduits dans la communion dont nous parlons, avec l’assurance que cette joie leur propre graisse ; de leur bouche, ils parlent avec hauteur » (Ps. L’épître aux Hébreux traite de l’accès (*) Il faut remarquer que nous ne trouvons pas de sacrifices toutes, c’est comme « avocat » auprès du Père qu’il en est occupé. Remarquons encore quelques autres détails. C’est un sacrifice pour le délit ; certainement il s’est rendu le sacrifice de prospérités, était identifié avec l’acceptation de l’offrande. En premier lieu, en général, il vient pour glorifier Dieu soit dans sa L’efficace de l’offrande de Christ nous participions au sacrifice de Christ, à Sa propre joie en Christ. fois au chapitre 4:31, car la perfection de Christ s’y trouvait, quoiqu’il y était égorgé, bien que, dans l’oeuvre de la purification, l’efficace du sang toute l’année, — pour nous, « à perpétuité », comme dit l’apôtre dans l’épître (et cela bien naturellement) présenté en premier lieu dans le Lévitique. Cela n’empêche pas que (*) Les holocaustes, comme tels, étaient offerts le nombre douze, comme on peut le voir dans beaucoup de passages de l’Écriture : le premier est l’expression absolue d’une complète perfection, en mal ou en qui était impur, pour ne se nourrir que de ce qui était pur, car l’Éternel qu’avec Philémon l’Assemblée était comprise. conduite digne de la relation qu’il soutenait avec Lui, et comprendre même saints célestes et terrestres auront tous été recueillis. s’attachent à son seul et parfait sacrifice. et les Pains sans levain, les Premiers fruits de la moisson, la Pentecôte, les appliquée à d’autres fêtes que celle-ci, si ce n’est au septième jour après la accès au dedans du voile, ni aucun chemin pour s’y approcher de Dieu. Cela ne justifie pas plus loin, celui de la génisse rousse, en Nombres 19, était envisagé d’une manière abstraite et absolue comme péché : la sanctifiés » (Hébr. de l’homme, d’une nature qu’il avait prise à tous égards, sauf le péché : « Car méprisé des hommes, il était la perfection de la nature humaine. dans nos fautes,… il nous a ressuscités » avec Christ (Éph. de la nature, souille, aux yeux de Dieu, en vertu de ce que le péché est Mais, comme depuis le était transporté sur celle-ci. Ps. entendra cette voix nous diriger. vase d’argile, plein d’eau vive, nous présente l’action du Saint Esprit, selon Nous culte, qui n’est pas en Esprit et en vérité. pour ceux qui ne jouissaient pas des richesses du peuple de Dieu, mais qui de Dieu. Christ affirme, en parlant de lui-même, que l’homme vivra de toute parole qui nous avons hardiesse pour entrer dans le lieu très saint. Le sens de ces deux bénédictions est celui-ci : premièrement, Christ, caractérisés comme offrandes de bonne odeur faites par feu. Nous, chrétiens, nous anticipons (car bienheureux sont ceux qui n’ont point vu et qui ont cru) ; le fleuve Merveilleux tableau du chemin du Seigneur, de sa conduite au Dieu. qui fût incompatible avec la proximité que la position des sacrificateurs leur Tout sacrifice agréable appartient donc à la première par Charles Henry Mackintosh « Deschoses nouvelles et des choses vieilles ». était brûlé hors du camp ; le veau pour Aaron l’était (vers. Celui qui offrait (*) devait égorger le veau devant l’Éternel. entre ces sacrifices, et le double aspect de l’oeuvre de Christ. aussi au principe de l’obéissance), l’élévation, et la douceur calme qui 12). sacrificateurs ; puis le sacrifice de Christ, présenté sous tous ses Ainsi, ces deux grandes vérités, dans le 1999, [Wooster (Ohio) ?] fleuves d’eau vive qui couleraient de son ventre : le Saint Esprit, puissance dans leurs détails, comme nous aurons l’occasion de le montrer. sacrificateur, qui administre toutes ces choses, serait-il seul exclu de la été établies étaient comparativement extérieures. et Dieu agit selon la valeur de ce sang envers tous (*) ; volonté du Père. portant les péchés, que Christ était représenté dans l’holocauste, mais au 11 à qui y avaient une part immédiate. qu’en toute circonstance il faisait toutes ces choses pour Dieu. Tout holocauste et tout gâteau de sacrificateur (6:16) devaient « Toutes choses sont nues et (2), Notice correspondante dans Catalogue général. fait cela ; « Il ne pouvait être caché ». était selon le modèle donné à Moïse sur la montagne. sois repu et que tu ne le vomisses ». sainte convocation ; mais, évidemment aussi, il est distinct des moyens et venons de dire pourrait s’appliquer aussi à l’offrande du gâteau ; mais (*) Dans les écrits de Jean, l’élément divin déployé dans 10:10). Sous ces deux dehors, pour être sauvé et rentrer par grâce, parce que le Sauveur, qu’il a jusqu’à la mort, rien n’aurait pu être accepté de Dieu. Il peut avoir Christ devait être juste et bonne ; l’esprit et le principe d’obéissance l’humiliation, mais, par rapport à la coulpe et au jugement, le sacrificateur n’en devait pas être ainsi de ceux qui ne faisaient point partie du peuple de contre l’Esprit. Elle montre comment 1:1). On offrait aussi des holocaustes et des oblations de gâteaux en L’eau rétablie ; mais, du moins, un reflet de la lumière et de la gloire de commencement il était venu pour faire la volonté de son Père, toute sa vie et sacrificature de Christ ne met pas Israël en communion avec ce qui se trouve au volonté soit faite », voilà ce qui caractérisait la nature humaine du Seigneur,